solunmtyzen@gmail.com

Ayahuasca

Ayahuasca ; Plante maitresse d’Amazonie

L’Ayahuasca, aussi appelé « Yagé », est un breuvage à base de lianes hallucinogènes très puissantes (Banisteriopsis caapi) dont l’écorce sert principalement à la composition de cette boisson. Ces lianes préparées en synergie avec la chacruna (psychodria viridis) constituent un puissant remède de purification lors des cérémonies chamaniques. L’Ayahuasca est traditionnellement utilisé par les chamans des tribus indiennes d’Amazonie pour entrer en transe, communiquer avec les esprits, dans un but divinatoire ou bien comme outil thérapeutique pour aider les patients qui viennent le consulter. Cette pratique existe en Amazonie depuis la nuit des temps. Un des éléments intéressants à propos de l’ayahuasca est qu’elle permet de faire remonter à la surface des processus inconscients, afin que nous puissions en prendre conscience et de ce fait nous permettre de travailler avec ces éléments le temps que les effets de la plante se font ressentir.

Le breuvage induit chez les patients des états de conscience modifiés, sans perte de celle-ci, qui permettent l’auto-exploration. La lyse temporaire des fonctions critiques et rationnelles autorise idéalement l’accès direct aux profondeurs de l’inconscient et aux reviviscences des événements-clés de la biographie personnelle : souvenirs réprimés, traumas oubliés, mémoires ancestrales remontent spontanément à la surface.

Le rituel est structuré par les chants du chaman, qui guidera les participants au cours d’une expérience introspective d’une durée de quatre à huit heures : le patient doit garder le silence, sans interférer avec les autres, assis et concentré sur sa propre expérience. On remarque également une augmentation de la production onirique dans les semaines qui suivent la prise, marquée par des rêves plus intenses, plus fréquents et plus nets.

Ainsi, le jour suivant la session, on analyse les contenus des visions obtenues. Bien qu’il s’agisse en priorité d’un travail introspectif individuel, il surgit également des contenus communs qui peuvent être discutés, permettant à chacun d’enrichir son expérience personnelle.

Effets physiques de l’Ayahuasca

Ayahuasca VisionLa première sensation est celle de nausée propre à l’Ayahuasca, accompagnée de perceptions de bourdonnement ou de vibration, puis de diverses manifestations physiques ou mentales. Dans le cadre des manifestations physiques, qui peuvent être neurovégétatives, motrices ou perceptives, les plus fréquentes sont des sensations de froid ou de chaleur périphérique, mais aussi étourdissements, tachycardie, léger tremblement généralisé, dessèchement de la bouche, nausées, ou sensation de faiblesse. Les purges visent à laver le corps en favorisant l’élimination de ce qui a été pris en excès, indument, et qui provoque le mal : vomir signifie alors symboliquement « rendre », « restituer ». Postérieurement, on perçoit des couleurs vives au degré de luminosité variable et qui vont de simples taches de lumières ou de couleur à des images et des formes définies. La perception ne se limite pas au champ visuel, mais inclus les autres sens : sons et odeurs s’exacerbent et il apparait parfois une perception croisée, une synesthésie ou un enchainement sensoriel.

Il est également courant de ressentir l’hyperesthésie ou l’anesthésie, des sensations de disproportion, de la confusion des perceptions, surtout du temps, l’altération dans la position des organes, des émotions extrêmement fortes, des souvenirs qui ressurgissent ou des prises de conscience qui s’imposent au participant. Plus tard, on visualise des images plus précises porteuses de sens ainsi que des verbalisations internes plus nettes. Il arrive également que l’on se remémore des scènes passées.

Les fonctions de l’Ayahuasca dans le processus thérapeutique

L’Ayahuasca permet aux participants d’aller au-delà de l’expression verbale et de leurs limitations. Ils deviennent conscients de leurs problèmes par l’intermédiaire de visions qui leur procurent un accès direct à leur « monde intérieur ». Le consommateur d’Ayahuasca ne perd pas conscience durant la séance et, du fait, est en même temps l’observateur et l’observé. Il peut intervenir activement sur ses processus internes et redevenir le protagoniste direct de son traitement, ce qui instaure un sentiment de confiance en soi. L’Ayahuasca ne provoque pas d’addiction, éliminant ainsi la possibilité que le breuvage constitue une forme de traitement substitutif. On constaterait même une augmentation de la sensibilité du patient à l’Ayahuasca, et une réduction progressive des doses thérapeutiques nécessaires. Il n’existerait aucun risque de toxicité dans l’utilisation du breuvage, qui respecte les barrières physiologiques et les mécanismes naturels d’autorégulation au travers des fonctions d’évacuation lorsque le patient atteint les limites de ses résistances. L’Ayahuasca permettrait au sujet d’accéder au niveau transpersonnel et mystique, et ainsi de dépasser les conditionnements intellectuels, culturels et sociaux de son ego. Au niveau psychologique, l’Ayahuasca active le processus d’auto-guérison et de la restauration du psychisme, comme une augmentation de la capacité intellectuelle et de la concentration. L’émergence de souvenirs, la réduction de l’anxiété, la stimulation de l’activité onirique, l’identification de la partie « ombre » de la personnalité (qui relâche ainsi son emprise sur le sujet), la réduction des phénomènes de projection, une meilleure tolérance à la frustration, l’amélioration de l’estime de soi, et la facilitation des processus de différenciation et d’individuation… Tous ces éléments ouvrent au patient de nouvelles perspectives, et une toute nouvelle vision sur lui-même et sur le monde.

Si vous aussi avez eu une expérience avec l’Ayahuasca, comment est-ce que cette plante maitresse a changé votre vie ?

No Comments

Post a Comment

Suivez-moi

SuperWebTricks Loading...

Suivez-nous

SuperWebTricks Loading...