solunmtyzen@gmail.com

solliciter les émonctoires

Comment solliciter les émonctoires ?

solliciter les émonctoiresLa naturopathie préconise de stimuler nos émonctoires pour un « nettoyage en profondeur ». Les émonctoires sont les principales voies d’élimination des déchets présents dans notre organisme. Ces filtres émonctoriels sont de véritables stations d’épuration, et ont une fonction bien définie. Lorsque les capacités d’élimination des émonctoires sont dépassées, l’encrassage qui en découle est responsable de pathologies. L’ouverture des émonctoires consiste à expulser hors du corps les toxines par des méthodes de drainage. Cela permet aussi d’orienter les déchets vers une autre porte de sortie si une crise curative trop importante se manifeste. Les émonctoires que sont la peau, le poumon, le rein et l’intestin éliminent les déchets sous forme d’urine, de matières fécales, de crachats ou par la transpiration. En fonction de la nature des toxines, du niveau de toxémie, de la force vitale de la personne et de l’état fonctionnel de ces filtres d’épuration, différentes méthodes de drainage lui sont alors proposées. Le drainage a pour but de libérer l’organisme des toxines accumulées et de nettoyer le terrain, en mobilisant les déchets du sang et de la lymphe, en attirant ces toxines vers l’émonctoire d’élimination selon la provenance de l’encrassement, et d’épurer ces toxines en les filtrant au niveau de l’organe concerné. Afin de sortir les poubelles du corps, il faut avant tout ouvrir les portes !

La peau — émonctoire :

La peau — émonctoire :

La peau constitue une double porte d’élimination, car elle rejette les déchets cristalloïdaux à travers la sueur, grâce aux glandes sudoripares, et rejette les déchets colloïdaux à travers le sébum sécrété par les glandes sébacées. L’émonctoire cutané étant très étendu, il permet d’éliminer beaucoup de toxines d’une façon qui peut passer presque inaperçue. Il a le potentiel d’éliminer une masse importante de substances toxiques. Les principales méthodes pour drainer l’émonctoire cutané et provoquer d’importantes éliminations sont faites par le biais de sudation, d’exsudation, de congestion et d’excoriation. Pour solliciter l’émonctoire cutané, il faut donc transpirer.

En effet, la sueur est le moyen d’évacuation des déchets vers l’extérieur. Quelques éléments favorisant la sudation sont : le sauna, le hammam, les bains chauds, les cataplasmes et les plantes sudorifiques…

Les plantes sudorifiques ont comme propriété de stimuler la sudation, c’est-à-dire la sécrétion de sueur, et tout particulièrement si c’est bu très chaud. Lorsque notre corps su, il élimine les toxines. Les plantes médicinales permettent d’accélérer le travail des glandes sudoripares qui consiste à éliminer les acides par la peau. Quelques exemples de plantes sudorifiques : la bardane, la pensée sauvage, le sureau, le tilleul, la camomille, la bourrache.

L’exercice physique stimule les deux types de glandes cutanées. Ce qui n’est pas le cas du sauna, du hammam ou du bain chaud qui ne stimulent que les glandes sudoripares et n’éliminent donc que les surcharges cristalloïdales.

Certaines manœuvres naturopathiques peuvent accentuer et accélérer cette épuration, en voici quelques exemples :

Le bain hyperthermique permet de désincruster le corps en profondeur, de stimuler les défenses et d’éliminer les microbes. Il tonifie le système nerveux et fortifie l’organisme. Cette méthode permet de provoquer une sudation importante.

Le sauna, bain d’air chaud et sec, consiste à déclencher une transpiration importante en agissant puissamment sur le mécanisme thermorégulateur. Le sauna est une petite pièce souvent en bois, dans laquelle on prend un bain de chaleur sèche, avec une température pouvant varier de 70 à 100 °C avec un taux d’humidité de 20 %. Les glandes sudoripares peuvent sécréter jusqu’à 30 grammes de sueur par minute, soit près d’un litre pour 15 minutes. Par l’effet de la chaleur ainsi que la sudation, le sauna permet l’ouverture des pores et l’élimination des impuretés et des toxines. En effet, la forte sudation qu’il provoque permet une élimination très efficace des déchets du corps. Le sauna est le plus souvent indiqué pour l’expulsion des acides et des cristaux, qui se font par les glandes sudoripares.

Le hammam est un bain de vapeur humide et chaud. Cette méthode a un peu près les mêmes vertus que le sauna. Qu’elle soit sèche ou humide, la chaleur génère une abondante sudation, ainsi les toxines sont éliminées par dilatation des pores de la peau. Il s’agit d’un bain de vapeur à 50 °C et saturé à 100 % d’humidité. La transpiration à deux grandes fonctions ; elle permet à notre organisme de réguler sa température et d’éliminer les déchets organiques, les toxines et les toxiques. Lorsque le hammam est accompagné d’une friction traditionnelle, cela permet l’expulsion des déchets colloïdaux par les glandes sébacées d’une manière plus optimale.

Les bains de Kneipp sont une méthode d’hydrothérapie qui consiste à prendre un bain ou une douche alternée de chaud et de froid. L’eau froide permet d’ôter la chaleur superflue tout en obligeant l’organisme à générer sa propre énergie calorifique pour éliminer les déchets. Le froid pousse le corps à se réchauffer et donc à produire de l’énergie. L’eau chaude permet d’intensifier le bénéfice de l’eau froide. Le contraste du chaud-froid permet de dilater et de contracter les vaisseaux sanguins, ce qui stimule le système hormonal et immunitaire, mais aussi le système neurovégétatif.

Les bains de soleil font partie de nos besoins élémentaires vitaux. Le fait de s’exposer au soleil, jamais trop longtemps, permet de provoquer une sudation plus ou moins importante. Cette accumulation de chaleur peut être plus prononcée, si une activité physique est pratiquée en même temps. Une autre manière d’augmenter ce phénomène de sudation lors du bain de soleil est de s’habiller en noir pour attirer davantage la chaleur. La tête doit être toujours couverte afin d’éviter un problème de congestion. L’exposition solaire permet à la peau de synthétiser de la vitamine D à partir du cholestérol.

Le bain chromatique consiste à utiliser l’énergie des couleurs, afin d’amener le corps, et tout particulièrement la peau, à réagir de façon à entraîner la guérison. Les rayons de couleurs atteignent les récepteurs cellulaires cérébraux par les yeux. Ceci permet une meilleure répartition de l’énergie et des substances circulant dans les systèmes de l’organisme. La chromothérapie est une méthode d’harmonisation et d’aide à la guérison naturelle des maladies par les couleurs. La couleur violette par exemple est utilisée pour purifier le sang, éliminer les toxines, désengorger le foie, stimuler le bon fonctionnement de la rate et renforcer le système immunitaire.

Les cataplasmes sont préparés à partir d’une sorte de bouillie à base de plantes médicinales, d’argile, de feuilles de chou, ou sinapisés… Les cataplasmes peuvent être appliqués soit chaud pour revitaliser soit froid pour décongestionner une région enflammée et douloureuse. L’argile est utilisée sous forme de cataplasme par voie externe pour soulager toutes sortes de maux. Elle permet de neutraliser les toxines, les produits chimiques, les bactéries… Les cataplasmes sinapisés consistent à faire cuire, pendant quelques minutes, un mélange de farine de lin et d’eau, à consistance de pâte compacte. La pâte compacte est ensuite placée sur un tissu sur lequel est ensuite ajoutée de la farine de moutarde. Le tout est enveloppé pour garder la chaleur avant d’être appliqué sur la zone à traiter. Tous les cataplasmes à base de plantes ont de nombreuses vertus.

L’usage des ventouses permet, une décongestion au niveau des tissus profonds, de réguler le transit intestinal, et d’améliorer les problèmes respiratoires. La ventouse est une sorte de petite cloche de verre qui s’applique sur la peau et agit par aspiration. Cette méthode permet un nettoyage de la peau, en aspirant toutes les impuretés et toxines. La ventouse va aider l’émonctoire cutané dans sa fonction, elle va permettre une meilleure élimination des déchets de l’organisme par un drainage efficace. Cette pratique permet de libérer et d’éliminer les cellules graisseuses, elle est très bénéfique aux organes, qui vont se détoxifier, ainsi leur circuit énergétique se rétablit.

La diathermie est une méthode thérapeutique qui fait pénétrer dans le corps une chaleur d’origine électrique. Cette technique est utilisée pour provoquer un réchauffement ponctuel des tissus, elle agit en transformant l’énergie électromagnétique en énergie thermique. L’exercice physique entraîne aussi une abondante sudation. En effet, lors d’une activité physique, de fortes éliminations par sudation sont provoquées. L’exercice physique a de nombreuses vertus, il permet entre autres de brûler l’excès de graisses et de sucres qui encombre l’organisme, mais aussi consiste un excellent moyen d’éliminer les toxines par la transpiration qui en résulte. L’effort physique fera ainsi travailler la peau, mais aussi les poumons qui se rechargeront, permettant des échanges gazeux, ainsi les acides les plus volatiles seront expulsés.

Le poumon — émonctoire :

PoumonsLe poumon constitue une voie d’élimination des déchets gazeux comme le gaz carbonique, qui résultent des combustions organiques, mais ils rejettent aussi les déchets colloïdaux en les expulsant sous forme de glaires, mucus…

Le manque d’oxygénation et le manque de mobilité (sédentarité) retiendront le gaz carbonique qui entraînera une asphyxie lente de l’organisme, car celui-ci n’aura pas été entièrement éliminé, d’où l’importance de pratiquer certaines méthodes afin de drainer au mieux cet émonctoire. Les voies respiratoires peuvent être utilisées comme « sortie de secours » lorsque les émonctoires principaux (foie, reins, intestins) n’arrivent plus à épurer le sang.

« Le microbe n’est rien, le terrain est tout »

L’émonctoire pulmonaire peut être activé de diverses manières. Les principales méthodes utilisées en naturopathie pour le drainer sont les suivantes :

Les exercices respiratoires aussi appelés « gymnastique respiratoire » sont une aide précieuse pour bien faire travailler les poumons. La gymnastique respiratoire consiste à prendre conscience de sa respiration et faire différents exercices pour la faire travailler afin de stimuler sa fonction respiratoire, ce qui conduit à une meilleure oxygénation de l’organisme, dissout les tensions du corps et favorise la détente. Il y a plusieurs types d’exercices respiratoires : la respiration géométrique, le Respirateur de Plent, la surcompression ou le déblocage thoracique, ou bien l’essoufflement…

Certaines plantes favorisent aussi cette fonction d’élimination ; ce sont les plantes expectorantes, béchiques, fluidifiantes, balsamiques, émollientes. Elles sont utilisées, en infusion (angélique, bouillon blanc, eucalyptus, guimauve, plantain, tussilage…), en huiles essentielles (eucalyptus, lavande, pin, romarin, citron, thym…), ou bien en inhalations aromatisées, sèches ou humides.

D’autres méthodes permettent d’aider l’émonctoire pulmonaire dans sa fonction, ce sont les frictions, les ventouses, les onctions, les massages réflexes, l’ozonisation et l’oxygénation.

Le rein — émonctoire

La fonction principale de l’émonctoire rénal est d’éliminer les déchets cristalloïdaux par l’urine. Les cristaux proviennent d’un excès de produits azoté, mais aussi dû au stress, au surmenage, aux pensées négatives…

Pour drainer les reins, il est conseillé de boire beaucoup de liquides, et en particulier de l’eau peu minéralisée, pour qu’ils puissent diluer ses déchets plus facilement. Les reins évacuent par l’urine les déchets filtrés hors du sang. Des cures d’eau minérale ou distillée par exemple peuvent être aussi appliquées, cela va faciliter l’élimination de tous les résidus toxiques qui se trouvent dans les reins.

Il existe un grand nombre de plantes diurétiques, dépuratives, néphrétiques et lithotritiques qui sont particulièrement efficaces pour dépurer les reins. Ces plantes médicinales peuvent être administrées sous différentes formes : en infusion, décoction, huile essentielle, macération, extrait de plantes fraîches, compresse, cataplasmes, teinture ou poudre de plante sèche. Il y a la busserole, par exemple qui est une plante astringente et antiseptique des voies urinaires, ou bien la prêle (astringente et diurétique) qui permet d’augmenter le volume d’urine et d’éliminer les irritants et les agents infectieux. Des plantes fraîches telles que l’ortie, l’oseille, le cresson, le fenouil favorisent le travail de la fonction rénale. L’usage d’huiles essentielles telles que le thym, l’ail, le pin, le santal, le genévrier contribue également au drainage des reins. Les cataplasmes de feuilles de chou appliqués au niveau de cet émonctoire permettent l’absorption des « mauvaises » substances, et le relâchement des nutriments qu’il contient, principalement les vitamines et les sels minéraux.

Cette méthode permet de favoriser l’élimination des déchets en les faisant remonter à la surface. Lorsque les reins fonctionnent mal, cela signifie qu’il y a une mauvaise élimination des toxines, ce qui peut entraîner diverses affections.

Pour stimuler l’émonctoire rénal, on peut également masser la zone réflexe du système urinaire qui se trouve au centre de la voûte plantaire, ce qui va stimuler par réflexe nerveux le tractus urinaire, le rein, la vessie et l’urètre. Sachant que le système nerveux est étroitement lié au fonctionnement rénal, il est important de pratiquer la relaxation. Des méthodes de relaxation telles que l’hypnose ou la sophrologie peuvent être utilisées, car elles permettent de détendre le système nerveux afin de limiter les conséquences néfastes de la douleur sur l’organisme en tant qu’agent de stress.

Les exercices physiques et les bains chauds stimulent également cette fonction d’épuration rénale.

L’intestin — émonctoire

Des chercheurs en embryologie (étude des embryons) ont découvert que les cellules nerveuses de l’intestin provenaient du même feuillet embryologique que celles du cerveau. En effet, l’intestin évacue les restes de l’alimentation que le corps n’a pas pu digérer, mais son rôle est aussi d’éliminer les déchets issus d’un trop-plein d’émotions négatives (tristesse, colère, angoisses…) qui se traduisent par la présence d’hormones telles que la sérotonine, la noradrénaline, l’acétylcholine… C’est pour cela qu’on entend souvent dire que l’intestin est notre deuxième cerveau.

             « La maladie commence dans le colon »

De nombreuses solutions existent pour drainer l’intestin : les méthodes de drainage de l’intestin sont les mêmes que pour l’assèchement de la source toxémique. Pour commencer, la correction du régime alimentaire est primordiale, cela peut être réglé à l’aide de jeûnes, de diètes, et de régimes restrictifs. La consommation abondante d’aliments riches en fibres est aussi fortement conseillée. L’alimentation est le moyen principal qui nous permet d’assainir l’intestin de façon durable et définitive.

Tous les légumes et fruits contiennent beaucoup de fibres, et grâce à leur contenu riche en cellulose, ces aliments sont laxatifs. Boire une quantité suffisante de liquides (eau, jus de fruits frais, jus de légumes et tisanes) est primordial, car cela permet d’humidifier les matières fécales afin de mieux les éliminer, et ainsi libérer les toxines.

Le radis noir par exemple, stimule les mouvements péristaltiques de l’intestin et agit sur les conduits biliaires. Il amplifie la sécrétion de bile et veille à une bonne digestion.

Quelques aliments laxatifs : épinards, aubergines, carottes, chou, pissenlit, poireau, amandes, abricots, figues, cerises, graines de lin, graines de psyllium…

Le drainage des intestins peut se faire à l’aide de laxatifs naturels, de purgatifs, et de lavements. Bien que le purgatif est un remède qui a pour fonction de purger, de nettoyer et de faciliter les évacuations intestinales, il est beaucoup plus radical et presque un peu violent en comparaison avec les laxatifs qui sont beaucoup plus doux à stimuler les intestins.

L’hydrothérapie du colon est une sorte de lavement qui contribue au décollement des déchets, même les plus profonds, et à leur élimination. Cette méthode favorise la fragmentation et le décollage des résidus fécaux, stimule le colon, et fait un travail de libération des énergies. L’hydrothérapie permet aussi de drainer les hormones des émotions négatives accumulées dans l’intestin. Le massage des zones réflexes correspondant à l’intestin est aussi très efficace pour le stimuler.

L’usage de plantes carminatives, digestives, cholagogues, dépuratives, laxatives et purgatives telles que la bourdaine, la cascara, l’eupatoire d’Avicenne, la mauve, le polypode, la réglisse, le ricin sont efficace pour drainer l’intestin et peut être pris sous différentes formes : en infusion, en huiles essentielles, huiles, teinture mère, en capsules, en infusion, ou bien en décoction. Selon la dose employée, une plante ou un produit peut avoir un effet laxatif ou purgatif. C’est donc important de procéder avec précaution et de commencer avec de petites doses et en les augmentant progressivement.

Certaines huiles essentielles telles que le citron, la menthe, le romarin, le thym ou bien le basilic sont également efficaces pour drainer l’intestin.

Le bain de siège de Kuhne est aussi une excellente méthode qui consiste à prendre des bains de siège froids, ce qui permet de faire redescendre les déchets dans l’intestin, ce qui donne assez d’énergie vitale pour les expulser. Ce bain dérivatif connu aussi sous le nom de « bains de siège à friction » consiste à combiner l’action de la fraîcheur à celle de la friction dans les deux plis inguinaux et sur le périnée afin de stimuler les intestins et l’ensemble du fascia. Cette méthode a pour fonction de drainer les toxines du corps vers les voies d’excrétion. D’après Louis Kuhne, un médecin-naturopathe allemand, les toxines se déplacent dans le corps sous l’effet des changements de température, ce qui permet de favoriser le nettoyage interne du corps. En réponse à ce processus, l’expulsion des selles se fait plus facilement et les graisses issues de la digestion sont expulsées plus efficacement par le colon. On utilise un gant de toilette ou une éponge fraîchement trempée dans de l’eau froide et par un geste de va-et-vient, on rafraîchit pendant un certain temps, la partie la plus basse des deux plis de l’aine au niveau de l’entrejambe, de chaque côté.

Les lavements comme la douche rectale sont aussi efficaces pour rééduquer les intestins.

Il y a aussi les draineurs à mode d’action osmotique que sont le sulfate de soude, l’hydrate de magnésium, le chlorure de magnésium ou bien la « purge Bertholet ». Ces laxatifs et purges salins sont à utiliser occasionnellement, car ces procédés sont moins naturels que les plantes, mais plus efficaces et parfois mieux assimilés.

Une bouillotte chaude peut aussi être appliquée sur la zone à drainer. Cette méthode permet d’augmenter l’afflux sanguin, ainsi les échanges de flux avec les émonctoires s’intensifient, et le tri des déchets, toxines et autres substances toxiques s’accélère.

En effet, les périodes de jeûnes, de diètes, de régimes restrictifs, les lavements, l’hydrothérapie du colon et les méthodes purgatives sont des méthodes utilisées pour drainer l’intestin.

La muqueuse génitale chez la femme

Pour conclure, notons aussi tout de même que les muqueuses génitales de la femme telles que le vagin et l’utérus seront à stimuler si besoin. Il est donc nécessaire de vérifier leurs états généraux, et de surveiller toute anomalie qui pourrait se manifester, par exemple des règles absentes ou trop abondantes, et aussi de vérifier l’état sécrétoire de la muqueuse vaginale.

Quelques méthodes utilisées en naturopathie permettent de favoriser l’épuration de ces muqueuses. Parmi ces méthodes se trouvent les bains de siège, le drainage lymphatique ainsi que certaines plantes (absinthe, safran, camomille, sauge, souci) qui peuvent être administrées sous forme de teinture mère, infusion, décoction et poudre de plante sèche. Le thym, la lavande, le romarin peuvent être utilisés en huiles essentielles.

No Comments

Post a Comment

Suivez-moi

SuperWebTricks Loading...

Suivez-nous

SuperWebTricks Loading...