solunmtyzen@gmail.com

vitalisme, naturopathie

Quels sont les principes du vitalisme ?

VitalismeLe vitalisme, c’est l’art de stimuler les mécanismes naturels d’auto-guérison du corps, c’est à dire la force vitale. Les principes du vitalisme sont d’appliquer les 18 lois de la vie nommées ci-dessous :

1. La loi de conservation de la cellule vivante (De Robert Walter)

Chaque cellule vivante d’un corps organisé est dotée d’un instinct de conservation maintenu par une force inhérente à l’organisme, qui est la force vitale. Si ces cellules sont bien conservées, il y a la possibilité qu’elles puissent s’immortalisées.

2. La loi dite d’impulsion vitale du Dr Robert Walter

Nous sommes tous dotés d’un instinct de conservation et de réparation qui se nomme la « force vitale », qui n’est ni chimique, ni mécanique, mais plutôt de nature biologique et dont son efficacité est proportionnelle à son énergie.

3. La loi du besoin minimum

Pour vivre une vie saine, nous avons besoin de remplir plusieurs fonctions, comme le fait de manger, boire et dormir. Si l’une de ces fonctions n’est pas remplie, alors cela répercutera sur les autres fonctions vitales.
Comme par exemple, des problèmes de digestions des aliments peuvent surgir si l’on ne boit pas assez d’eau, une fatigue peut s’installée et se répercuter sur le sommeil. Le fait de boire de l’eau permet à notre organisme de rester bien hydraté toute la nuit, car durant le sommeil, le corps se déshydrate. L’insuffisante d’eau affecte le cerveau ce qui peut devenir très dangereux. Le fait de bien dormir permet de protéger le cerveau contre le stress oxydatif. Lorsque notre organisme produit de l’énergie en brulant des nutriments, la réaction chimique fabrique parfois des radicaux libres. Ces radicaux libres peuvent causés des dommages à nos cellules et à notre ADN, et accélérer le processus de vieillissement. Et le fait de ne pas manger épuise nos forces, et le corps est alors forcé de puiser dans ses réserves naturelles.

4. La loi de l’action double (De lindlarth)

Cette loi prédispose à la modération de toutes choses, car d’après cette loi, si l’on abuse toujours de quelque chose qui nous fais sentir bien, alors la conséquence de cela serait que nous en subirons son contraire.
Plus le bien être artificiel est élevé plus les effets négatifs seront intenses.

5. La loi de perception de l’énergie vitale

L’énergie vitale est plutôt perçue, pour la plupart des gens, comme l’énergie auquel ils disposent pour faire les choses qu’ils doivent faire chaque jour, et peu sont les personnes qui perçoivent cette énergie, comme celle qui nous maintient en vie et qui alimente nos réserves.

6. La loi de complémentarité physiologique

Lorsqu’un organe est malade, c’est tout l’organisme qui en déteint. Un système se met alors en œuvre afin de compenser les fonctions de cet organe défectueux, les autres organes lui viennent en aide en complémentant le travail afin d’adapter l’organisme à se recentrer physiologiquement. Tous les organes coopèrent entre eux pour restaurer la symbiose du corps. Chaque organes sont interconnectés et se complète afin d’obéir à la loi de complémentarité physiologique.

7. La loi de distribution de l’énergie vitale

La force vitale est distribuée dans chaque organes et tissus selon leurs besoins. Pour aider les structures de l’organisme qui en ont le plus besoin, la force vitale, même faible, redirigera le peu d’énergie qui lui reste pour satisfaire la demande de la fonction vitale qui est dans l’état le plus critique.

8. La loi de l’énervation

Lorsqu’il y a un état d’énervement, les fonctions organiques de notre corps sont atteintes et épuisent le bon fonctionnement de notre système respiratoire, musculaire, glandulaire, rénal, intestinal, mental et sensoriel. Du fait que notre énergie nerveuse est affaiblie, alors des problèmes s’installe comme la difficulté à assimiler et éliminer, il y a aussi un abaissement des secrétions qui se met en place.

9. La loi de la destination (de Jennings)

Lorsque la maladie s’installe, cela signifie que son rôle est de rétablir l’individu sous toutes ses formes. Elle indique que des mesures doivent être prise pour permettre à l’individu de prendre conscience des changements qu’il doit effectuer dans son mode de vie, pour rétablir l’équilibre de son organisme.

10. La loi de l’unité de la maladie de Louis Khune

La douleur profonde est générale et pas locale. La maladie est une seule et même maladie qui est représentée par la surcharge humorale. Les humeurs sont des liquides organiques constitués de sang, de lymphe et de fluides cellulaires. La toxémie est une masse de substances mortes, étrangères à la vie cellulaire. La crise est la réaction vitale pour éliminer les résidus toxiques, c’est-à-dire que c’est le processus d’épuration.

11. La loi de la toxémie (de Tilden)

D’après cette loi, toute toxémie provoque la maladie. La toxémie se forme lorsque l’ensemble des déchets métaboliques ne sont pas détruits et contaminent le sang, la lymphe, les tissus, les cellules et les organes en les encrassant. La toxémie se développe dû à plusieurs facteurs comme la toxémie endoderme, c’est-à-dire que c’est une toxinie qui nous vient de l’intérieur comme les déchets cellulaires et les substances de décomposition dans les voies digestives qui sont d’une nature de toxémie intestinale. Il y a aussi la toxémie de style exogène, qui est tous ces produits chimiques et éléments qui font parties de nos vies de tous les jours comme les médicaments, les colorants et les produits de synthèses. Il y a aussi d’autres produits toxiques qui contribuent à cette toxémie exogène comme par exemple les sérums, les vaccins, les végétaux…

12. La loi du potentiel-santé (de Thomson)

La capacité à éliminer les déchets est mesurée afin de connaitre le potentiel-santé disponible.

13. La loi du plus fort

Chacun d’entre nous, avons un organe plus fort que les autres et c’est celui-ci qui sera malade en premier, car il sera trop sollicité pour effectuer le travail d’épuration. En lui venant à l’aide, les autres organes s’affaiblissent tour à tour. L’allopathie s’intéressera plutôt aux symptômes de l’organe malade, sans prendre en compte systématiquement la répression symptomatique que cela provoque chez les autres organes qui seront forcés d’effectuer le travail d’épuration, précédemment mis en attente.

14. La loi du degré pathologique

Si la personne malade a une force vitale assez élevée alors elle basculera plutôt dans une maladie aiguë, mais si en revanche cet état de la maladie est ignoré, la force vitale s’affaiblira et la maladie évoluera vers la phase chronique, voire dégénérative.

15. La loi de la récapitulation (ou de récupération)

Afin de retrouver la santé, les stades de la maladie doivent faire le chemin inverse pour retrouver l’état d’homéostasie. C’est-à-dire que si le malade est passé de la maladie aigue à la maladie chronique, alors en guérissant il connaitra les même symptômes qu’il aurait ressenti lors de l’état de la maladie aigue.

16. La loi du rétablissement de la santé

Pour rétablir notre santé, il faut faire des concessions, comme d’éliminer certaines habitudes à différents niveaux. Les éléments déclenchant un mode de vie anti naturelle ainsi que les causes immédiate doivent être examinés afin de pouvoir les supprimer. Des moyens doivent être mis en place pour fortifier la force vitale, et l’attitude qui doit être adoptée est de laisser le temps faire les choses, et de faire confiance en son processus. Les causes de toutes les influences d’énervation devront être éliminées. Il faudra aussi éviter le plus que possible tout contact avec les substances toxiques venant de l’extérieur. Le fait de se reposer accélère le processus de guérison à tous les niveaux, que ce soit dans les aspects physiques, mental, physiologiques et sensoriels. Lorsque la pratique du jeune est effectuée, c’est alors tout l’organisme qui est au repos.

17. La loi universelle de guérison (de Hureaux)

Si l’on possède une bonne force vitale alors la santé est rétablie avec plus de facilité, mais si en revanche cette même réaction vitale est épuisée alors cela entraine la maladie chronique. En abusant encore plus de cette force vitale jusqu’à ce qu’elle devienne inexistante, alors à ce stade-là, il n’y a plus de vie.

18. La loi de thérapie (de Marchesseau)

Lorsqu’un individu a besoin d’un traitement, celui-ci doit correspondre avec les attentes de son organisme qui a fait l’objet d’une toxémie et d’un affaiblissement. Les signaux de défense et de tolérance de l’organisme doivent être pris en compte.

No Comments

Post a Comment

Suivez-moi

SuperWebTricks Loading...

Suivez-nous

SuperWebTricks Loading...