solunmtyzen@gmail.com

Métabolisme humoral, naturopathie

Qu’est-ce que le métabolisme humoral ?

Le métabolisme humoral est un ensemble de liquides du corps humain qui est constitué de sang, de lymphe et de liquide inter et extra cellulaire, soit environ 70 % du volume corporel moyen. Les liquides nourriciers doivent être maintenus au bon équilibre physiologique, en évitant les surcharges toxiques.
La bonne fluidité de la circulation de ces humeurs doit être encouragée par l’assimilation de vitamines, de minéraux et de protéines.

Pierre-Valentin Marchesseau a dit :
« La lymphe, c’est à la fois le fleuve nourricier et le tout-à-l’égout »

Lorsque nous sommes en bonne santé, cela veut dire que les échanges ioniques, l’économie énergétique, hormonale et immunitaire, le pH, la température, ainsi que d’autres facteurs sont régulés et équilibrés par l’homéostasie. La qualité des humeurs est calculée en fonction de la qualité des cellules, et donc celle des tissus, des organes et du corps dans sa totalité. Les humeurs sont les liquides dans lesquels baignent nos cellules. Ces liquides sont essentiels au bon fonctionnement de l’organisme. Ils alimentent les cellules en oxygène dû à la respiration, et également en nutriments, grâce à la digestion. Le souci, c’est que ces mêmes humeurs acheminent tout autant des déchets métaboliques.

Le Dr Salmanoff disait : « Notre corps est une grande baignoire »

En effet, pour que nos humeurs circulent avec fluidité, nous devons éviter les surcharges et les carences, car si les cellules souffrent et suffoquent, alors elles ne peuvent plus fonctionner et meurent prématurément, entrainant un dysfonctionnement des organes et des systèmes. Tous ces liquides organiques étant inter-communicants ; toute surcharge, carences, manque de fluidité et ralentissements, aura une influence néfaste sur le bon fonctionnement de nos cellules et de notre métabolisme. L’arrêt de ces liquides organiques ou de leur stagnation, c’est la mort. L’état de nos humeurs dépend de notre hygiène de vie. Si les humeurs sont plutôt en surcharges de déchets métaboliques, alors cela peut provoquer un blocage au niveau des fonctions destinées aux émonctoires, afin qu’ils puissent faire leur travail convenablement. Les causes premières qui pourraient perturber les humeurs sont caractérisées par plusieurs types de déchets, comme ceux qui proviennent de la digestion, des déchets alimentaires, les déchets de substances chimiques comme les médicaments, les antibiotiques et les vaccins, ainsi que les déchets de nature métaboliques issus de l’activité cellulaire.

Ces différentes toxines sont classées en deux catégories.

Il y a les déchets de substances cristalloïdales qui se produisent lors d’une surconsommation d’aliments riches en protéines et en produits azotés comme la viande, le poisson, les fromages, le soja, les excitants comme le café et le thé, ainsi que tous les produits raffinés tels que les farines, les céréales, les huiles et le sucre qui est une des premières causes de dégénérescence gravissime dans nos sociétés, et qui contribue au développement des maladies dites de « civilisation ».

Les maladies de civilisation sont engendrées par le mode de vie, l’environnement et les technologies de nos sociétés actuelles. Les problèmes de santé et les maladies qui peuvent se présenter suite à la consommation de sucre sont en constante augmentation, comme le diabète, les troubles hormonaux, l’hypoglycémie, les troubles mentaux, l’ostéoporose, la déminéralisation, l’obésité, le cholestérol, pour en citer quelques-uns.
Une alternative au sucre blanc raffiné, serais de consommer plutôt du sirop d’agave ou de malt, de la sève de kitul, de la stévia ou bien du sucre complet intégral et non roux.

Le stress, la frustration, et les pensées négatives produisent également des déchets cristalloïdaux.
Les cristaux sont évacués par les reins, et les glandes sudoripares de la peau.

La deuxième catégorie de toxine ce sont les déchets de substances mucosiques, c’est-à-dire les colles qui sont le résultat de résidus de cellules mortes et d’un mauvais métabolisme d’amidon, de sucres, de lipides et de produits chimiques. Les excès en tout genre comme l’alcool, le stress, le tabac génèrent également des substances colloïdales. L’hérédité peut également jouer un rôle important. Ces colles sont éliminées par les intestins, le foie, la peau et l’appareil respiratoire. La consommation d’une alimentation inadéquate, le manque de mobilité, des excès de tout genre, l’énervement, des difficultés à éliminer les déchets, une sous-oxygénation chronique sont tous des facteurs qui contribuent à l’encrassement des humeurs. Pour qu’une cellule soit en bonne santé et pour qu’elle puisse apporter ses fonctions biologiques, l’air que nous inspirons, les aliments et les boissons que nous consommons et qui sécrètent des molécules après être digéré, les fibres aminées, les acides gras, le glucose, les vitamines, les minéraux, les enzymes, les oligo-éléments ainsi que d’autres facteurs bioénergétiques doivent être équilibrés pour le bon fonctionnement de la cellule.

le métabolisme humoralLes fruits, les oléagineux (noix, amandes, graines de sésame, noisettes…) et les légumes crus ou cuits à basse température ainsi que les légumineuses (lentilles, pois secs, fèves, haricots secs…) consommés avec modération et associées avec des céréales sont les meilleures sources minérales pour couvrir nos besoins. Les poissons, les algues et les fruits de mer contiennent des oligo-éléments, des minéraux et des protéines qui sont également des sources nutritives incontestablement bénéfiques pour notre organisme.

Une consommation alimentaire variée et de qualité biologique est l’attitude à adopter.

Les oligo-éléments comme le Manganèse, le Lithium, le Cuivre, le Nickel, l’Or, l’Argent, le Chrome, l’Aluminium et le Zinc sont essentiels aux métabolismes cellulaires.

Lorsqu’il y a une carence dans le corps, c’est qu’il y a un apport insuffisant de certaines substances vitales comme les vitamines, les oligo-éléments et les enzymes qui disparaissent sous l’effet d’une alimentation trop cuite ou modifiée, et constituée de produits chimiques. Cette carence peut engendrer des problèmes comme la formation de radicaux libres. Ce manque de substances peut également entraver la transformation du glucose en énergie et freiner le travail métabolique des cellules dû à un manque de substances nutritionnelles, ce qui entrainera leurs modifications.

Les engrais de synthèse, les médicaments, les édulcorants ainsi que d’autres produits contenant des molécules de synthèse, emprisonnent certains nutriments, c’est un phénomène qui a été baptisé « pinces de crabe ». C’est-à-dire que c’est la captivité biologique d’une molécule par une autre.
Les enzymes sont des catalyseurs biologiques, c’est-à-dire qu’ils facilitent et accélèrent les réactions biochimiques se produisant dans l’organisme. Elles sont indispensables pour digérer la nourriture, nettoyer le sang et les tissus, guérir les plaies, lutter contre les germes pathogènes et les cellules cancéreuses.

Pour être en bonne santé, un individu doit présenter une quantité suffisante d’enzyme pour que son organisme fonctionne au mieux.

L’équilibre enzymatique peut se rompre sous l’effet du vieillissement, de l’air, du stress, du tabagisme et des pollutions de toutes sortes. Beaucoup de médicaments, pesticides et autres poisons sont des inhibiteurs enzymatiques. Tous les aliments crus, germés ou lacto-fermentés apportent à l’organisme une source extérieure d’enzymes digestives lors du repas. Il est aussi important de bien mastiquer les aliments consommés afin de pouvoir accumuler le plus d’enzymes possible et de faciliter le travail de digestion.
Les aliments trop cuits au-delà de 48-50° et après 15 minutes de cuisson détruisent les enzymes, obligeant l’organisme à puiser dans ses ressources para-métaboliques pour combler l’insuffisance enzymatique afin qu’il puisse digérer, assimiler et éliminer. La transformation des aliments, qui se fait par le biais de certaines méthodes de conservation comme l’irradiation, la surgélation, la sulfuration, le séchage commercial à chaud, la mise en conserve, ou bien les additifs alimentaires, tels que les colorants, les arômes artificiels et les agents de conservations, sont tous des ennemis pour les enzymes digestives.

L’eau que nous consommons joue également un rôle important dans nos humeurs. Les eaux de boissons favorables à la vie devraient être acides et peu minéralisées et avoir un pH entre 6 et 7, un RH2 entre 25 et 28 et surtout une résistivité (RÔ) supérieure à 6000 ohms, c’est-à-dire qu’elle doit contenir moins de 120 mg de résidus secs par litre. Ces eaux pures conditionnent la santé puisqu’elles favorisent l’élimination des toxines. Selon la bioélectronique, l’eau de boisson devrait être pure et vitalisante. Plus une eau est pure, et donc peu minéralisée, plus sa capacité à dissoudre le milieu et à se charger en déchets est grande. Une eau pure, donc peu concentrée en électrolytes, dilue et entraine les éléments qui surchargent le milieu humoral.
Les eaux comme Volvic, Mont Rouscous et la Rosée de la Reine sont fortement recommandées pour leurs qualités.

Les carences et les surcharges déséquilibrent peu à peu le terrain biologique constitué par nos échanges humoraux perpétuels. D’où l’intérêt des cures de désintoxication pour éliminer les surcharges et la cure de revitalisation pour combler les carences, afin que le métabolisme humoral retrouve son état d’homéostasie.

Solunmty :-)

No Comments

Post a Comment

Suivez-moi

SuperWebTricks Loading...

Suivez-nous

SuperWebTricks Loading...