Un univers de passions et créations

Les trois cures naturopathiques

Les trois cures naturopathiques

Les 3 cures naturopathiques sont structurées à la fin de l’observation du bilan de santé, juste avant le programme d’hygiène vitale (PHV). Le choix de la cure dépend de la force vitale disponible chez la personne qui consulte, par rapport au degré de saturation en toxines. S’il y a peu de force vitale disponible et que la personne est affaiblie, on choisira une cure de revitalisation avec un apport prononcé en vitamines, minéraux et protéines pour la rebooster. Si la force vitale de la personne est satisfaisante, alors la personne sera dirigée vers un drainage, une mise au repos du mental et du système digestif dans l’objectif d’alléger l’organisme. Après avoir défini au mieux l’état du terrain, de cibler la nature et la source de toxémie, d’estimer le niveau de vivacité de sa force vitale, d’avoir pris en compte plusieurs paramètres (les habitudes alimentaires, les habitudes de vie, le contexte familial, social et professionnel, l’hérédité, le tempérament, la constitution, le climat, les émotions, le psychisme, l’énergétique…) des solutions naturelles et personnalisées lui sont alors proposées. Ce programme d’hygiène vitale s’articule autour de 3 cures, et dispose de plusieurs techniques naturopathiques pour les mètres en œuvres. Ce processus permet de renforcer les mécanismes de défense et d’améliorer l’état de santé de la personne, de débarrasser le corps de ses toxines, de stimuler l’immunité, et de corriger progressivement le terrain en compensant carences et insuffisances glandulaires, si besoin. Les trois cures naturopathiques proposées par le naturopathe sont : la cure de détoxination, la cure de revitalisation et la cure de stabilisation.

LA CURE DE DETOXINATION

La cure de détoxination est un protocole d’épuration qui consiste à assécher la source toxinique du corps.
C’est la prise de conscience des dépendances alimentaires (sucres, chocolat, café…) et de ses excès, du stress accumulé, et du dysfonctionnement des organes d’élimination. Cette première cure se focalise sur l’assèchement de la source toxinique, et consiste à réduire ou à éliminer la toxémie liée aux excès et aux surcharges présentes dans l’organisme. Elle permet d’ouvrir les émonctoires (intestins, peau, reins et poumons) et de libérer l’énergie vitale dont nous avons besoin afin de raviver sa fonction autoguérisseuse. Cette cure sera suivie sur un temps qui pourra varier de quelques jours à quelques semaines et suit un processus en trois phases qui s’applique simultanément :

  • 1re phase : suppression des surcharges
  • 2e phase : libérer le diencéphale et ses annexes nerveuses
  • 3e phase : ouvrir le ou les émonctoires spécifiques aux surcharges à éliminer

1re phase/supprimer les surcharges
C’est permettre à l’organisme de réduire ou d’éliminer la toxémie et les surcharges de l’organisme, liées à nos excès. C’est un temps diététique, on retrouve diverses formes de régime qui vont réduire les apports néfastes au bon fonctionnement du corps. On assèche les principales sources de la toxémie qui se trouve dans l’alimentation par des régimes restrictifs (quantitatif et qualitatif), des cures saisonnières, des monodiètes (un seul aliment par repas) ou bien des jeûnes (suppression des aliments). Le fait de mettre au repos progressivement la fonction digestive permet de libérer l’énergie nécessaire pour que l’organisme, à travers les émonctoires, effectue un travail profond d’élimination. Pendant cette phase, on réduit les quantités de nourriture ingérées, on rééquilibre les proportions entre grandes classes d’aliments (aliments plus spécifiques à la détoxication, en fonction du but recherché) au cours d’un même repas et l’on procède à une réforme alimentaire (associations et incompatibilités alimentaires).

2e phase : libérer le diencéphale et ses annexes nerveuses
Au cours de cette troisième période, l’aspect psychoémotionnel peut être abordé.
Les blocages psychologiques, les émotions refoulées, les stress répétés sont autant de facteurs qui peuvent nuire au processus de détoxination. Il faut donc libérer le diencéphale en pratiquant différentes techniques de relaxation telles que la sophrologie, le yoga, la relaxation, l’hypnose, Tai-chi, Qi gong, le massage, le réglage ostéopathique.

3e phase : ouvrir les émonctoires
Maintenant que les sources de toxémie ont été réduites, voire supprimées, il faut favoriser l’ouverture des émonctoires pour que les toxiques sortent du corps. Il faut donc ouvrir les émonctoires :
L’ouverture des émonctoires, ou « le drainage toxinique » est destiné à éliminer les toxines vers l’extérieur de l’organisme par des méthodes de drainage, mais aussi à les dériver vers un autre organe émonctoriel en cas de « crise curative » trop intense ! Ce drainage émonctoriel est effectué au moyen de techniques appropriées en fonction de la nature des toxines, du niveau d’encrassement humoral, de la vitalité du patient et de l’état fonctionnel de ses émonctoires. Pour solliciter les émonctoires, plusieurs techniques peuvent être utilisées. On peut par exemple les drainer grâce à l’usage des plantes, et/ou les stimuler à l’aide de diverses techniques telles que le drainage humoral manuel (drainage lymphatique), l’hydrologie chaude (sauna, bain chaud…), les bains froids, l’hydrothérapie du colon (ou irrigation du colon), les techniques réflexes (réflexologie plantaire, endonasale, auriculaire, shiatsu, méthode Knap…), l’usage du « bol d’air Jacquier », l’usage d’élixirs floraux du Dr Bach, les huiles essentielles…

Il y a des méthodes spécifiques pour chaque émonctoire :
Pour drainer le foie, on utilise des plantes hépatiques. Pour l’intestin, des plantes laxatives douces, des lavements et des purgations, pour les reins on choisit des plantes diurétiques, la cure d’eau distillée… Pour la peau, on utilise des plantes sudorifiques, le bain hyperthermique, le bain de vapeur, les enveloppements, les frictions, les cataplasmes… Et pour les poumons, des plantes expectorantes, la gymnastique respiratoire, l’exercice physique…

En effet, cette cure de détoxination permet de libérer l’organisme des surcharges accumulées, le purifier par l’ouverture des émonctoires et libérer le cortex afin de regagner de l’énergie.

LA CURE DE REVITALISATION

La cure de revitalisation va permettre de combler des carences anciennes, induites par une mauvaise hygiène de vie ou liées à la désintoxication de l’organisme. Elle vise à rééquilibrer l’alimentation, et à combler les carences qui surviennent lors de la saturation de l’organisme (minéraux, oligo-éléments, vitamines, acides gras essentiels). Elle va s’accompagner par l’usage de plantes reminéralisantes et stimulantes. Cette cure de revitalisation est une période pendant laquelle il convient de mettre en œuvre les nouvelles règles d’hygiène de vie. C’est-à-dire qu’il faut prendre plus de temps pour soi, éliminer la source des conflits qui génèrent des émotions négatives (colère, stress, peurs…), se connecter avec les éléments de la nature, pratiquer une activité stimulante avec des exercices quotidiens afin que l’organisme ne souffre plus de sédentarité (marcher au lieu de conduire au travail, monter à pied quelques étages, s’étirer…), respecter les heures de sommeil, et continuer à s’alimenter correctement en prenant soin de consommer des aliments de qualité, et plus vivants possibles. Identifier les relations toxiques afin de pouvoir s’en détacher.

LA CURE DE STABILISATION

La cure de stabilisation consiste à maintenir de façon durable l’équilibre et la vitalité dans l’organisme en appliquant les préceptes de l’hygiène vitale précédemment intégrés. Cette cure consiste à maintenir le plus haut niveau de vitalité chez la personne. Elle permet de maintenir un bon niveau de santé et d’harmoniser les échanges du métabolisme physiologique et énergétique. Elle a pour but d’accompagner le développement personnel et transpersonnel de la personne. Cette cure est plus difficile à atteindre, car elle suppose que les deux cures précédentes ont été suffisamment pratiquées pour ne pas laisser de surcharges ni de carences et que de surcroît, l’environnement soit optimum. Cependant, elle pourra être pratiquée régulièrement, à des périodes choisies comme des vacances, sous un climat clément. Elle est essentiellement harmonisante. Le patient sera alors en mesure de respecter une alimentation biologique optimale, largement crue et correctement associée, et toujours individualisée. Il pourra travailler sur son évolution personnelle pour développer au mieux son potentiel de créativité. Après ces trois cures, une santé optimale sera retrouvée.  

No Comments

Post a Comment

error: Content is protected !!