Étiquette : Croyances Limitantes

Les croyances limitantes, des freins à votre épanouissement !

Qu’est-ce que les croyances limitantes ? D’où viennent-elles ? Comment les reconnaitre ? Comment s’en débarrasser ?

Une croyance limitante ; qu’est-ce que c’est ?

Nos pensées et nos croyances ont autant le pouvoir de nous construire que de nous détruire. Une croyance est une pensée « racine » à laquelle on croit. C’est un sentiment de certitude à propos de la signification que nous portons à quelque chose. Nous sommes de plus en plus à prendre conscience que nous pouvons obtenir beaucoup plus de la vie que ce que la majorité des gens s’autorise à recevoir. Une croyance limitante est une vue de notre esprit qui nous fait croire que l’on n’est pas capable de faire certaines choses. Ces croyances forment notre réalité. C’est de nos croyances en nos capacités ou incapacités que nous puisons nos forces et nos faiblesses. Une croyance limitante n’est autre qu’une croyance qui ne joue pas en notre avantage. Elle vient parasiter notre manière de penser. Que vous en soyez conscient ou non, si votre croyance est négative ou limitante, et bien vous vous sabotez vous-même. Une fois installées confortablement dans votre tête, ces croyances brouillent votre perception de la réalité, et vous empêchent d’atteindre votre plein potentiel ! Une croyance limitante ne donne pas le choix ; elle contraint, elle bloque. Parfois, sans nous en rendre compte ces croyances toxiques peuvent nous bloquer dans certains domaines de votre vie, on sent qu’on a comme du mal à avancer, et qu’on fait du sur place. Ces croyances limitantes peuvent nous freiner et nous empêcher de vivre la vie que nous souhaitons vraiment. Le fait est que, selon la croyance en laquelle vous croyez, vous ne voyez que les exemples, situations et informations qui viendront confirmer votre croyance. Les distorsions ou les généralisations que notre cerveau peut faire accentuent de manière considérable ce phénomène. Ces croyances peuvent vraiment nous bloquer dans certains domaines de notre vie, comme un virus informatique qui ralentit ou détruit le disque dur. Minée par ces pensées, la personne se heurte à des blocages dans son processus de transition. Elle finira même par être convaincue du bien-fondé de sa croyance : « Comme tu as pu le voir, j’avais raison, j’ai tout essayé et rien n’a marché ».

Vous alignerez vos actes et vos attitudes sur votre croyance pour que la réalité soit en conformité avec votre croyance. Plus on y croit fort, plus on essaiera de trouver des preuves pour les justifier. On distingue trois grandes familles, les plus courantes qui sont source de croyances limitantes ce sont le désespoir, l’impuissance et la dévalorisation.

D’où viennent-elles ?

Beaucoup des croyances sont acquises par notre propre expérience de la réalité. Nous en tirons un enseignement global, une généralité, une croyance. Au cours de notre vie, selon les expériences que nous expérimentons, les gens que nous rencontrons, notre contexte familial, notre milieu culturel, la religion ou les principes dans lesquelles nous grandissons ; et bien, tous ces ingrédients ajoutés à notre manière de penser du moment, à la déduction que nous en faisons et de tous autres paramètres de nos conditions de vie, vont façonner la manière dont nous allons percevoir les choses par la conclusion que nous aurons tirée de chaque expérience et événement. Ce qui nous mène à faire notre propre conclusion, qui sera propre à nous-mêmes, car tout le monde n’a pas la même manière de penser. La conclusion que nous soustrayons de chaque expérience va s’avérer être soit positive, soit négative, selon le contexte, ou bien ça peut-être une croyance qui a peu d’effet sur notre vie, car elle ne nous affecte pas directement. Les  croyances se forment avec le temps, à force de penser de la même manière, consciemment ou inconsciemment, la pensée se cristallise. Les croyances s’installent inconsciemment dès l’enfance, héritées de nos parents, transmis par nos professeurs, notre éducation, véhiculées par notre culture et par les médias. Donc la plupart du temps, ces croyances ne nous appartiennent pas. Nos croyances proviennent aussi de notre vécu et de nos expériences passées, bonnes ou mauvaises. Elles nous viennent le plus souvent de notre éducation ou de nos expériences passées et en particulier de nos échecs. Cependant, ces croyances ne constituent ni des faits ni des vérités, mais simplement des choses que l’on croit être vraies et qui vont finir par façonner notre vision du monde.

Comment les reconnaitre ?

Demandez-vous quelles sont ces croyances, et faites-en une liste en les notant dans un carnet. L’important est que vous puissiez au moins commencer par les identifier, les reconnaitre, les nommer. Demandez-vous quelles sont les croyances qui freinent votre bien-être général, votre épanouissement ou l’atteinte de vos objectifs, buts, rêves, aspirations. La première étape, c’est de prendre conscience de vos croyances, car ça serait un peu difficile de modifier quelque chose dont nous n’avons pas conscience. Un gros travail sur soi s’impose pour les identifier et les retourner à votre propre avantage, en surveillant au quotidien vos pensées et vos paroles, afin de pouvoir les analyser et de pouvoir décider si elles sont positives ou négatives dans votre vie. L’exercice est difficile, car il demande assez d’ouverture d’esprit pour sincèrement se remettre en question. La difficulté est que les croyances les plus ancrées en nous sont souvent inconscientes, donc difficiles à identifier. Le fait de lâcher-prise sur ses croyances limitantes en acceptant de les transformer en croyances portantes, représente un sérieux investissement en terme de travail sur soi. Prenez conscience chaque fois que vous entendez cette petite voix qui vous dira quelque chose comme « Tu es trop nul ! », « Tu n’y arriveras jamais ! », et notez-les.

Autres exemples de croyances limitantes (sous forme de petite voix) qui viennent parasiter l’esprit et favoriser les mécanismes d’autosabotage:

— La vie c’est trop dur
— Je n’y arriverai jamais
— Je ne le mérite pas
— Je ne suis pas assez bon
— Je ne vais jamais y arriver
— On ne peut pas tout avoir
— Je suis trop nul
— Je ne suis pas assez intelligent
— Personne ne m’aime
— Si je n’ai pas mes 8 heures de sommeil, alors demain je serais fatigué et énervé.

Une fois votre croyance identifiée, vous allez devoir vous en débarrasser.

Comment s’en débarrasser ?

En prenant conscience de la croyance limitante qui vous bloque le plus, vous avez déjà fait la moitié du travail. La croyance commence par perdre de sa force. Prenez conscience de la croyance qui vous limite à vous épanouir dans un domaine précis de votre vie. Ou dans plusieurs domaines. Faites la liste de vos croyances limitantes. Observer le domaine de votre vie qui ne fonctionne pas. S’il y a plusieurs choses que vous voulez réussir, changer ou améliorer dans votre vie, mieux vaut procéder par étapes en prenant un problème à la fois. Concentrez-vous uniquement sur une croyance à la fois. Ou sur un ensemble de croyances relatives à un même sujet, comme l’argent, les hommes ou les femmes, les relations sociales, l’estime de soi. Choisissez la croyance qui vous pénalise le plus. Pour vous débarrasser des croyances limitantes, il va falloir prendre conscience des pensées qui vous traversent l’esprit au quotidien, ainsi que les émotions que vous ressentez lorsque vous avez ces pensées, et le comportement que vous avez pour traduire ces émotions. Demandez-vous par quelles croyances positives vous pourriez les remplacer.

Vous pouvez éliminer vos croyances limitantes avec cette technique puissante de PNL :

https://solunmty.com/balayez-croyances-limitantes-cette-technique-puissante-de-pnl/

Balayez les croyances limitantes avec cette technique puissante de PNL

Cette technique de PNL va vous permettre de déloger les croyances limitantes qui vous paralysent dans certains aspects de votre vie et qui vous empêchent de vous épanouir totalement. Ces croyances freinent et bloquent la réalisation de vos projets. La plupart du temps, cet auto-sabotage se fait inconsciemment. Une fois que vous avez pris conscience de la croyance limitante à éliminer déjà vous aurez fait un grand pas. En utilisant le tableau ci-dessous que vous pourrez imprimer, vous allez demander à un proche de vous aider avec cet exercice. Vous devrez répondre aux questions sans réfléchir. Laissez votre subconscient parler. Avant de débuter avec cette technique, je vous invite à vous installer dans un endroit confortable, et à prendre quelques profondes respirations pour vous détendre. À chaque étape, vous allez fermer les yeux pour visualiser chacune des 4 croyances, qui sont suggérées dans cet exercice. Et entre chaque étape, vous allez ouvrir les yeux, et casser l’état, en prenant quelques profondes respirations, en vous étirant ou en regardant par la fenêtre, par exemple.

La personne de votre choix vous guide à travers les différentes étapes.

Tableau-de-Submodalités-pour-éliminer-les-croyances-limitantes

Téléchargez et imprimez le tableau de Submodalités

Étape 1 (colonne 1 : Croyance limitante à éliminer) :

Avez-vous une croyance que vous aimeriez ne pas avoir ? Tel que « je ne suis pas assez bon », « la vie c’est dur », « je n’arriverais jamais à perdre du poids », « je serais toujours un fumeur », etc.. Choisissez la croyance qui vous pose problème et que vous voulez balayer hors de vos pensées et de votre vie. C’est bien qu’elle est cette croyance ? Alors que vous pensez à cette croyance, avez-vous une image ?

En utilisant le tableau, votre partenaire vous pose les questions de la colonne 1 et note les réponses dans les cases correspondantes, visuel, auditif, kinesthésique.

Ouvrir les yeux, casser l’état.

Étape 2 (colonne 2 : Croyance qui était vraie avant, mais qui ne l’est plus) :

Maintenant, je vous invite à penser à une croyance qui n’est plus vraie, mais qui était vraie auparavant. Avez-vous une croyance qui n’est plus vraie et qui était vraie auparavant ? Par exemple, la croyance que vous avez 15 ans (si vous avez plus de 15 ans) ou la croyance que le père Noël existe, ou la croyance que vous allez toujours à l’école, alors que ce n’est plus le cas. Avez-vous quelque chose comme ça, qui était vrai pour vous auparavant, mais qui ne l’est plus maintenant ? Avez-vous une croyance dans ce genre ? Alors que vous pensez à cette vieille croyance, avez-vous une image ?

Votre partenaire vous pose les questions de la colonne 2 et note les réponses dans les cases correspondantes, visuel, auditif, kinesthésique.

Étape 3 : Inversement des submodalités. Changez les submodalités de la croyance limitante (colonne 1) avec les submodalités de la croyance qui n’est plus vraie (colonne 2).

Ouvrez les yeux, et cassez l’état, pendant que votre partenaire note les différences entre les deux colonnes. Par exemple, si dans la colonne 1 l’image (de la croyance que vous voulez éliminée) était en couleur et que dans la colonne 2 l’image (de la croyance qui était vraie, mais qui ne l’est plus) était en noir et blanc, et bien il notera un petit signe, une petite étoile, un trait… pour indiquer qu’il y a une différence.

Ensuite, fermer à nouveau les yeux, et ramener en mémoire la première image, celle de croyance limitante que vous avez et que vous aimerez vous en débarrasser. Et imaginez que vous avez une télécommande dans les mains, et que cette fois-ci vous allez changer la manière dont vous percevez cette croyance. Cette étape permet d’inverser les submodalités, pour que vous puissiez vous reprogrammer à voir cette croyance limitante comme une croyance qui n’est plus vraie, afin de pouvoir la mettre dans le même sac que la croyance qui était vraie auparavant.

Laissez-vous guider par votre partenaire qui transformera la manière dont vous voyez cette croyance limitante que vous avez, en utilisant les submodalités de la croyance qui n’est plus vraie de la colonne 2. Et en jouant avec les submodalités dans lesquelles il aura précédemment noté une différence (marqué d’une étoile, d’un trait ou d’un point…), il vous demandera de visualiser l’image de la croyance limitante que vous modifierez. Par exemple, si dans l’image de la croyance 1, il y avait de la couleur, et que dans l’image de la croyance 2, elle était en noir et blanc, et bien, vous allez visualiser que l’image de la croyance 1 (la croyance limitante) devient en noir et blanc.

Tester « maintenant, que pensez-vous de cette vieille croyance qui vous limitait ? »

Étape 4 : (colonne 3 : Croyance qui est absolument vraie)

Avez-vous une croyance qui pour vous est absolument vraie ? Par exemple, la croyance que le soleil se lèvera demain, ou la croyance que c’est bon de respirer. Croyez-vous en ça ? Alors que vous pensez à une croyance qui est absolument vraie, avez-vous une image ?

En utilisant le tableau, votre partenaire vous pose les questions de la colonne 3 (de la même manière que dans les étapes précédentes) et note les réponses dans les cases correspondantes, visuel, auditif, kinesthésique.

Noter les submodalités (utiliser la colonne 3)

Croyances limitantesÉtape 5 : (colonne 4 : nouvelle croyance que vous aimeriez avoir au lieu de la croyance limitante que vous aviez tout à l’heure)

Maintenant, j’aimerais que vous pensiez à une nouvelle croyance que vous aimeriez intégrée dans votre système de croyances au lieu de la croyance limitante que vous aviez à propos de…
Qu’est-ce que vous aimeriez croire au lieu de cette vieille croyance que vous aviez ? Quelle est cette nouvelle croyance portante à laquelle vous aimeriez croire ? Alors que vous pensez à cette nouvelle croyance, avez-vous une image ?

En utilisant le tableau, votre partenaire vous pose les questions de la colonne 4 et note les réponses dans les cases correspondantes, visuel, auditif, kinesthésique.

Noter les submodalités (utiliser la colonne 4)

Étape 6 : Inversement des submodalités. Changer les submodalités de la nouvelle croyance (colonne 4) avec les submodalités de la croyance qui est absolument vraie (colonne 3).

Ouvrez les yeux, et cassez l’état, pendant que votre partenaire note les différences entre les deux colonnes. Par exemple, si dans la colonne 3 l’image (de la croyance qui est absolument vraie) était en couleur, et que dans la colonne 4 l’image (de la croyance que vous aimeriez avoir au lieu de la croyance limitante) était en noir et blanc, et bien il notera un petit signe, une petite étoile, un trait… pour indiquer qu’il y a une différence.

Ensuite, fermer à nouveau les yeux, et ramener en mémoire la dernière image, celle de croyance que vous aimeriez avoir (4) au lieu de la croyance limitante (1). Et imaginez que vous avez une télécommande dans les mains, et que cette fois-ci vous allez amplifier cette nouvelle croyance que vous aimeriez intégrée, en vous aidant des submodalités de la croyance qui est absolument vraie (3). Cette étape permet d’inverser les submodalités, pour que vous puissiez vous reprogrammer à intégrer cette nouvelle croyance portante, en vous aidant des submodalités de la croyance qui est absolument vraie (colonne 3) afin de renforcer la puissance de cette nouvelle croyance (4) que vous voulez avoir. Laissez-vous guider par votre partenaire qui amplifiera cette nouvelle croyance que vous voulez intégrer, en utilisant les submodalités de la croyance qui est absolument vraie de la colonne 3, et en jouant avec les submodalités dans lesquelles il aura précédemment noté une différence (marqué d’une étoile, d’un trait ou d’un point…), tout en vous demandant de visualiser l’image de la nouvelle croyance (4). Par exemple, si l’image de la croyance 3 était en noir et blanc et que l’image de la croyance 4 était en couleur, et bien vous allez visualiser que l’image de la croyance 4 (nouvelle croyance) devient en couleur également.

Étape 7 : Testez

Maintenant, ouvrez les yeux, étirez-vous, respirez profondément, pour casser l’état, et testez le changement.

Tester — maintenant, que croyez-vous à la place, au lieu de la croyance limitante que vous aviez ? Pourquoi croyez-vous que vous avez cette nouvelle croyance ?

Si vous rencontrez un souci particulier avec cette technique, ou si vous avez besoin d’un peu plus de précision, n’hésitez pas à laisser votre message dans les commentaires 🙂